Anthony F.

Marsha Mehran

Philippe Picquier

par (Libraire)
16 septembre 2021

Le Babylon Café ou les senteurs de la Perse

"Une soupe à la grenade" est un délicieux roman. Délicieux car il met en valeur les senteurs de la Perse et sa cuisine d'exception. Délicieux car ses personnages principaux - trois soeurs iraniennes - respirent la magie de l'Iran. Nous sommes au coeur des années 1980 et Maryan l'aînée des trois filles Aminpour, emmène avec elle ses soeurs Bahar et Layla, dans un petit village d'Irlande, Ballinacroagh. Ayant fui la révolution islamique, elles ont tout d'abord échoué à Londres. Là-bas mûrit le rêve d'ouvrir un restaurant. Ce sera chose faite en Irlande : le Babylon Café est né ! Bien sûr, nous sommes à la campagne et l'accueil est soupçonneux, à l'image de la voisine acariâtre qui passe son temps à épier par la fenêtre. Un homme d'affaires a des vues sur leur local et se montre coriace. Mais les délicieux rouleaux de dolmas à l'aneth et les baklavas fondant sur la langue, arrosés d'un thé doré font craquer la population locale, à commencer par son homme d'Eglise gourmet... Voici un roman à dévorer comme une pastille de bonne humeur. A noter que chaque chapitre débute par une recette originale : à vos fourchettes !

par (Libraire)
14 septembre 2021

Un roman empreint de douceur dans une Turquie sous surveillance

Ahmet Altan a une histoire tortueuse. Journaliste renommé en Turquie, il se voit emprisonné par le régime d'Erdogan pour implication présumée dans le putsch manqué du 15 juillet 2016. Il écrit alors ce livre en prison. "Madame Hayat" est un roman qui sublime l'amour et est composé d'une prose de velours. Madame Hayat est une femme lunaire et voluptueuse, pour qui le présent est la seule religion. Notre jeune héros Fazil s'en éprend éperdument, malgré la différence d'âge. L'étudiant vit également une seconde histoire d'amour avec une étudiante dont le père a tout perdu. Nul marivaudage ici : Fazil est confronté à la difficulté de son époque et la censure, la police politique ne sont jamais bien loin, dans un monde sous surveillance. Le journaliste-romancier n'oublie à aucun moment la Turquie contemporaine, il souffre en sa chair comme son héros souffre de conditions de vie déclassées - lui qui avait tout - et d'un présent sur un fil. Ce roman est splendide et Altan compose des personnages d'une vraie profondeur. L'écriture, tout en retenue, touche vraiment au coeur... L'Auteur a finalement été libéré en 2021...

par (Libraire)
26 août 2021

Un très beau roman sur le film "Orfeu Negro"

Estelle-Sarah Bulle signe avec ce nouveau roman un hommage au cinéma et à la bossa nova. Librement inspiré de l'histoire du film de Marcel Camus, "Orfeu Negro", qui décrocha la palme d'or à Cannes 1959, on peut dire que "Les étoiles les plus filantes" nous donne une envie féroce, celle de foncer dans les salles obscures. Il traduit avec ferveur toutes les étapes de la création du film jusqu'à sa consécration internationale.
Les personnages campent un Rio foisonnant et loin des clichés. De plus, le Brésil connaît à l'époque une émancipation démocratique. L'Auteur crée ici une histoire véritablement romanesque. C'est aussi un bel hommage à la musique, tant les musiciens qu'elle fait revivre sont criants de vérité et de passion... La bossa nova prit véritablement son envol international grâce à "Orfeu Negro".

par (Libraire)
25 août 2021

Un livre-choc de la rentrée littéraire

Sorj Chalandon compose avec "Enfant de salaud" un récit qui va marquer de son empreinte la rentrée littéraire. Depuis longtemps, le passé de son père pendant la guerre est obscur. Nous sommes en 1987 et Sorj Chalandon couvre le procès de Klaus Barbie. Il faut se souvenir de l'impact international du procès, des témoignages étouffants des déportés et des résistants face à l'implacable boucher de Lyon. Chalandon devant cette faille immense du rôle paternel pendant l'Occupation n'y tient plus : il veut savoir ! Pendant que se déroulent les audiences, il a accès au dossier d'archives (124 pages !). S'ouvre alors un gouffre : son père a - selon les mots arrachés au sexagénaire - porté l'uniforme allemand et aurait défendu Berlin en 1945 avant l'effondrement. Oui, mais rien n'est simple. Et les faits de Résistance ? Pourquoi a-t-il passé autant de temps en prison en 1944 ? Ce père, menteur pathologique à l'imagination proprement incroyable, brouille les pistes... Ce récit est asphyxiant et vous envoie un uppercut au visage. On tourne les pages avec fièvre pour connaître enfin la vérité. Les personnages qui le peuplent sont aussi fascinants que la prose enfin libérée du romancier...

par (Libraire)
24 août 2021

Une aventure hors norme

Alain Mascaro signe avec "Avant que le monde ne se ferme" un premier roman envoûtant. Professeur de lettres en Auvergne, il décide en 2019 de parcourir le vaste monde : de cette errance, il rapportera cette histoire atypique qui nous a emportés. Anton Torvath est tzigane et dresseur de chevaux. Ce "fils du vent", né juste après la Grande Guerre dans la steppe kirghize, va tenir dans sa main les espoirs de sa communauté. Les personnages campés par l'auteur sont magnifiques : ils ont leur richesse propre, leur spiritualité. Jag, le violoniste sage et enchanteur qui sent venir le bruit des chars ; ses parents Svetan et Smirna, Nadia ou encore Katia. Leur cirque qui traverse l'Europe de l'Est devra bientôt affronter la folie de la Seconde Guerre mondiale. Anton comme sa famille, comme ses amis, ses "frères", est enfermé dans le ghetto de Lodz en Pologne. Sa vie devient alors un roman et il mobilise toute son énergie pour survivre. N'est-il pas "le fils du vent" ?
Voici un épisode tragique peu connu, celui de l'extermination des Tsiganes sous la botte nazie. Un premier livre d'une puissance rare ; un écrivain à l'imaginaire foisonnant qui vous prend par la main et murmure : "Viens, je vais te raconter une histoire"...