L'Ultime Testament
EAN13
9791032923849
ISBN
979-10-329-2384-9
Éditeur
Éditions de l'Observatoire
Date de publication
Collection
Fiction (1)
Nombre de pages
300
Dimensions
20 x 14 x 2,2 cm
Poids
318 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez 43 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander

Autre version disponible

Depuis que les émotions ont été abolies, le petit pays de DF ne s'est jamais aussi bien porté. Du Centre pour l'enfance où sont élevés les nourrissons à la zone pavillonnaire où se voient assignés les adultes, les habitants de DF sont des êtres résolument raisonnables. C'est simple, tout ce qui est susceptible d'émouvoir est interdit : à quoi bon le rouge et le jaune, quand existent le gris 422 et le noir 727 ; finie la notion poussiéreuse de famille, ici le couple est un partenariat à visée reproductive en CDD ; et qui a besoin de musique et de peinture lorsqu'il y a la salle de sport où exsuder ses humeurs ? Aussi lorsque Fausto est surpris en flagrant délit d'émotivité, il n'y a pas de temps à perdre : direction l'hôpital. Mais comment ne plus ressentir quand la doctoresse Anna Cordio est si jolie et que son voisin de chambre cache des livres sous son matelas ? Les habitants de DF sont des êtres résolument raisonnables... jusqu'à l'étincelle.

Giulio Cavalli poursuit son exploration du roman d'anticipation comme arme politique et littéraire. Une grande oeuvre, désespérément drôle, joyeusement tragique.
Né à Milan en 1977, écrivain, journaliste et dramaturge, Giulio Cavalli vit depuis 2007 sous protection policière pour son engagement dans la lutte antimafia. Après À l'autre bout de la mer (Observatoire, 2021), L'Ultime Testament est son deuxième roman publié en France.   Traduit de l'italien par Lise Caillat
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

Conseillé par (Libraire)
29 août 2023

Et si les sentiments et émotions étaient futiles ? Et si le gouvernent supprimait tout ce qui est susceptible de les provoquer ? Ici, on ne choisit pas son concubin. Et l'art a été aboli au profit de la raison ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Lise Caillat