Après le carnage

T.C. Boyle

Grasset

  • 17 mai 2016

    écologie

    Que de descriptions, de détails inutiles, de flash-back. Je n’ai pas eu envie de lire tous ces détails, je souhaitais que l’auteur en vienne enfin aux faits.

    Et des faits, il n’y en a pas beaucoup dans ce roman. De plaidoyer écologique non plus, d’ailleurs.

    C’est plus une différence de personnalité entre deux personnages. Pour un final en queue de poisson.

    Premier roman que je lisais de l’auteur, pas certaine d’en lire un autre un jour….

    http://alexmotamots.fr/?p=1837


  • 11 avril 2013

    Ecologisme et radicalisme

    Beaucoup d'ironie au coeur de ce roman où la passion pour Mère-Nature ne se déroule pas sans oppositions : vont-ils s'entretuer pour cette île et sa faune ?
    L'atmosphère y est dense mais aussi fanatique, à la limite de la rage et ... du ravage !
    L'écriture vigilante de Thomas John Boyle est à couper au couteau (!) mais sert une vive refléxion sur l'avenir de la Nature, y compris autour des limites de la tolérance en écologie.


  • 25 mars 2013

    Les Channel Islands, petit chapelet d'îles au large de Santa Barbara, étaient des écosystèmes naturels avec une faune diverse. Mais au fil du temps, la main de l’homme est intervenue. Chasseurs, aventuriers, naufragé tous ont modifié la faune existante. Alma Boyd Takesue biologiste s’est donnée comme mission d’éradiquer les rats sur une des îles où sa grand-mère avait fait naufrage. Ces rongeurs ont pris possession de l'environnement et exterminent d’autres espèces existantes. Dave LaJoy, défenseur acharné des droits des animaux est prêt à tout pour lui mettre des bâtons dans les roues. Tout sépare ces deux écologistes, LaJo n’hésitant pas à se lancer dans une guerre sans merci au service de sa cause.


    T .C. Boyle nous entraîne dans un roman dense, creusé, truffé de réflexions, de pics d’humour noir sur les dérives de la protection de la faune, de l’écologisme zélé ou extrémiste. Entre présent et des retours dans le passé qui détaillent l’évolution de la faune des îles, l’impact de l’homme prend des proportions souvent inattendues. Entre l’évolution des espèces introduites, d’une faune qui s’adapte, l’auteur s’amuse à décrire l'Homme qui se retrouve coincé dans des propres idéaux devenus des pièges quand il se prend pour Dieu.

    Riche, provocant, passionnant, l’auteur nous offre un vrai débat truffé de pics ironiques sur nos aspirations et nos actes à travers ses personnages.
    Dans des décors naturels, sauvages, avec une écriture magnifique et entraînante, ce roman est du pur bonheur !